VIVRE SANTÉ

Comment et quand bien prendre sa température corporelle ?

Table des matières
PLUS D'ARTICLES

La température corporelle est un indicateur vital qui reflète le fonctionnement interne de notre corps. Dans notre quotidien, nous ne prêtons souvent attention à cela que lorsqu’on se sent malade ou fiévreux. Cependant, comprendre et surveiller régulièrement notre température corporelle peut jouer un rôle crucial dans la prévention et la détection précoce de divers problèmes de santé. Cet article vise à démystifier l’art et la science de la prise de température.

Voici les différentes méthodes, les moments opportuns pour mesurer notre température et comment interpréter ces mesures.

Que vous soyez un professionnel de santé, un parent, ou simplement quelqu’un désireux de mieux gérer sa santé, cette lecture vous fournira les connaissances essentielles pour utiliser cet outil simple mais puissant de surveillance de la santé.

 

Pourquoi surveiller sa température ?

La température corporelle est un baromètre de notre état de santé. Une variation, même légère, peut indiquer l’apparition d’une infection, une réaction inflammatoire, ou autre. Dans le cadre du diagnostic, la température est souvent le premier indicateur d’anomalies. Par exemple, une fièvre peut signaler une infection bactérienne ou virale, tandis que si elle est basse, ceci pourrait indiquer une hypothyroïdie ou une exposition prolongée au froid.

un thermomètre digital à mettre sous le bras, par exemple, qui indique 38,75

De plus, le suivi de la température corporelle est crucial pour évaluer l’efficacité des traitements médicaux, notamment dans la gestion des maladies chroniques. En surveillant régulièrement sa température, on peut détecter précocement des problèmes de santé, permettant une intervention rapide et adaptée.

 

 

Quels sont les différents types de thermomètres ?

Les thermomètres se déclinent en plusieurs modèles, chacun ayant ses spécificités.

  1. Thermomètres digitaux : Faciles à utiliser, ils affichent la température rapidement sur un écran numérique. Idéaux pour une utilisation à domicile, ils sont moins fragiles que les thermomètres à mercure et peuvent être utilisés oralement, rectalement ou sous le bras.
  2. Thermomètres à mercure : Traditionnels, ils sont désormais moins courants en raison de préoccupations environnementales liées au mercure. Ils offrent cependant une grande précision et sont souvent utilisés comme référence. Que ce soit sous le bras, dans la bouche ou dans l’anus, ce thermomètre est polyvalent.
  3. Thermomètres infrarouges : Ces appareils mesurent la température à partir du rayonnement infrarouge émis par le corps. Ils sont rapides et non invasifs, idéaux pour les hôpitaux et les consultations pédiatriques. Leur précision peut toutefois être affectée par des facteurs externes comme l’environnement.
  4. Thermomètres à bande frontale : Faciles à utiliser, ils sont placés sur le front pour donner une lecture rapide. Toutefois, leur précision est moindre comparée aux autres types.
  5. Thermomètres auriculaires : Ces thermomètres mesurent la température à l’intérieur de l’oreille. Ils sont rapides et moins dérangeants pour les enfants, mais leur précision peut être compromise si l’oreille est obstruée ou si la technique de mesure est incorrecte.

 

 

Comment prendre correctement sa température ?

La précision de la mesure de notre chaleur corporelle dépend fortement de la méthode utilisée :

  • Orale : Placez le thermomètre sous la langue et fermez la bouche. Restez immobile pendant la mesure. C’est une méthode fiable pour les adultes et les enfants de plus de 4 ans.
  • Rectale : Cette méthode est considérée comme la plus précise, en particulier pour les bébés et les jeunes enfants. Lubrifiez le thermomètre et insérez-le doucement dans le rectum.
  • Axillaire : Placez le thermomètre sous le bras et gardez le bras fermé contre le corps. Cette méthode est moins précise mais utile pour une vérification rapide.
  • Tympanique : Utilisez un thermomètre auriculaire et assurez-vous qu’il est correctement inséré dans l’oreille. C’est une bonne option pour les enfants, mais évitez cette méthode si l’enfant a une otite ou une cire excessive dans l’oreille.

Pour des lectures précises, évitez de prendre la température après un bain, une activité physique, ou si la personne a mangé ou bu récemment. Assurez-vous également que le thermomètre est propre et calibré, si nécessaire.

 

Quand prendre sa température ?

Le bon timing pour effectuer cette action peut varier en fonction de divers facteurs, tels que l’heure de la journée, les activités récentes, et l’état de santé général.

En général, la température corporelle est plus basse le matin et augmente tout au long de la journée, atteignant son pic en fin d’après-midi ou en début de soirée. Il est donc recommandé de la prendre à des moments cohérents pour des comparaisons précises. Le matin, juste après le réveil, est un bon moment car le corps n’a pas encore été influencé par les activités physiques ou les repas. Le soir, avant le coucher, peut également fournir des informations utiles, surtout si vous vous sentez malade ou fatigué.

Pour une surveillance régulière, surtout en cas de maladie ou de suspicion de fièvre, il est conseillé de prendre la température sous le bras ou avec une autre méthode plusieurs fois par jour – matin, midi et soir. Cela permet de suivre les variations de température qui peuvent être des indicateurs importants de l’évolution de la condition médicale.

En cas d’activités physiques intenses, de bains chauds ou de repas, il est préférable d’attendre au moins 30 minutes avant de mesurer la température pour éviter des lectures faussement élevées. Pour les femmes, il est important de noter que cet indicateur peut légèrement augmenter pendant l’ovulation, ce qui doit être pris en compte si vous l’utilisez pour surveiller la fertilité.

 

un thermometre en pistolet

 

Comment interpréter les résultats ?

Les températures normales peuvent varier légèrement d’une personne à l’autre, mais en général, une température orale normale se situe entre 36,1°C et 37,2°C. Une température supérieure à 37,2°C peut indiquer une fièvre, signe potentiel d’une infection ou d’une autre condition médicale. Au-dessus de 38°C, il vous faudra consulter un médecin généraliste, surtout si elles sont accompagnées d’autres symptômes comme des frissons, une sueur excessive, des maux de tête, ou des douleurs musculaires.

Il est également important de surveiller les températures basses, en dessous de 35,5°C, qui peuvent indiquer une hypothermie ou d’autres problèmes médicaux, notamment en cas d’exposition prolongée au froid ou en présence de certaines conditions médicales.

Dans tous les cas, il est essentiel de considérer le contexte global, y compris les autres symptômes et conditions de santé. En cas de doute ou si des températures anormales persistent, il est prudent de consulter un médecin pour une évaluation approfondie.

 

La surveillance de la température corporelle est bien plus qu’une simple réponse à la maladie ; c’est une pratique proactive de gestion de la santé. À travers cet article, nous avons parcouru les divers aspects des techniques correctes aux moments appropriés, en passant par l’interprétation des résultats. Cette connaissance enrichit notre compréhension du bien-être corporel et nous permet de réagir de manière informée face aux changements de notre état de santé. En incorporant la surveillance régulière de la température dans notre routine de soins personnels, nous prenons une mesure proactive vers une meilleure santé et un bien-être accru. Que cette information serve de guide pour vous aider à rester vigilant et réactif face aux signaux que votre corps vous envoie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *